FIV 3 - TEC 1·J'ai testé pour vous

L’hypnose en PMA : Gestion du stress et de l’angoisse (2)

La boule d’angoisse qui était venue s’installer dans le creux de l’estomac a totalement disparue depuis la dernière séance d’hypnose. Parler d’un transfert à venir ne l’effrayait plus. Enfin, bien moins qu’avant. Au lieu de vouloir laisser ces six espoirs dans l’azote, ne pas y toucher, pour ne pas les perdre, elle était fin prête à en avoir un (ou deux?) dans le creux de son utérus. Parce que la première séance d’hypnose pour travailler la gestion du stress et de l’angoisse a bien fonctionné. Elle réussie maintenant à se projeter dans une fin heureuse. Une fin heureuse, c’est elle, avec un taux. Puis, enceinte. Et puis, avec un bébé dans les bras. Une vraie « Happy End », comme dans les films – qui se terminent bien. Maintenant, elle le peut.

 «Alors, comment vous sentez-vous depuis la précédente séance?».  Lors du précédent rendez-vous, j’avais cette boule qui ne me quittait plus. Boule 1/Mme Souris 0.  Aujourd’hui, la boule a disparu, et je suis zen. Très zen. Un peu trop zen. Tellement que j’en ai oublié de chercher mes médicaments du Tec à la pharmacie. Boule 1/Mme Souris 1: Match nul. Pour elle, c’est plutôt bon signe. Je lui explique que cependant, je pense quand même plus à un échec plutôt qu’à une potentielle réussite. Parce que depuis le début du parcours, je n’ai toujours pas d’enfant à bercer.

Elle me demande si j’ai fait le précédent exercice qu’elle m’a demandé de faire concernant la représentation de la mère idéale et du ruban. A vrai dire, j’y ai souvent pensé mais j’ai un peu zappé c’est vrai. Elle me redira que c’est vraiment important. Puis, au fil de la conversation, au cours de mes confidences, elle prendra note que j’ai une relation particulière avec ma mère. Si je ne fais pas quelque chose qu’elle souhaite, je suis prise de culpabilité. Au point de me mettre des nœuds au cerveau sur une assez longue période. Elle conclura que ma mère est toxique pour moi. Qu’il faut que je m’en protège. Un peu dur à entendre. Elle remarquera que je suis prise, là encore d’une culpabilité. Penser que ma mère est toxique, le reconnaître, est-ce que c’est mal ? Est-ce que c’est ne pas l’aimer comme elle mériterait d’être aimé ? La dessus, l’hypnotiseuse me rassure. Ce n’est pas parce que je souhaite me protéger du côté « cerveau gauche de ma mère », de son côté toxique et manipulateur que je ne l’aime plus. A moi de différencier ceci pour ne plus avoir cette profonde culpabilité. Elle m’invite à créer une espèce de bulle, qui sera ma protection. Mon unique bouclier. Contre les paroles toxiques et le comportement que pourrait avoir ma maman. Plus rien ne doit m’atteindre.

Après avoir débriefé sur la précédente séance et les bienfaits qu’elle a pu m’apporter, elle m’annonce qu’elle va bosser maintenant sur la positivité du transfert d’embryon à venir. Comprendre : Même si ça peut foirer, on va pas penser tout de suite au pire, et on va essayer d’imaginer que ça peut aussi fonctionner. Et que si au pire ça foire, il y a toujours des blastocystes au congélateur. Et d’autres chemins pour devenir maman. Qu’un échec ne signifie pas que je ne m’apprête à faire le deuil de la parentalité.

Allez hop c’est (re)parti. Elle me parle. Je me détends rapidement. Puis, elle me parle de transfert, que mon corps doit être capable d’accueillir l’embryon au creux de moi. Que je suis prête à accueillir un bout de lui, un bout de moi. Que je suis prête à être enceinte. Que je n’ai plus peur d’être une mère imparfaite. Que je n’ai plus peur de la grossesse. Elle répétera une bonne quinzaine de fois, d’un ton sec et autoritaire une phrase que je vais devoir répéter maintes fois à plusieurs reprises par jour pour que l’égo – celui qui pense négativité à la place de positivité – soit devancé par une plus belle vision que celle de l’échec.

En sortant de mon état hypnotique, j’ai oublié la phrase. « Votre ego veut garder la main sur les choses négatives » qu’elle a dit l’hypnotiseuse. J’ai un ego vachement surdimensionné moi je te le dis.  Elle m’enverra finalement un mail, pour que si jamais mon ego veuille me faire oublier ladite phrase, je puisse, de mon côté, m’en rappeler et continuer à l’imprimer dans mon cerveau. Elle me recommandera également un livre « Je pense trop  » de Christel Petitcollin.

Pour que je puisse être complètement détendue le jour du transfert, celle-ci m’a planifié un rendez-vous la veille. Et elle m’a envoyé deux audio à écouter si la boule d’angoisse devait réapparaître. 

Ma nouvelle passion : Chanter la phrase qu’elle m’a demandé de mémoriser. Ça donne un certain genre. Peut-être qu’un jour, je lancerai un tube spécial pour les femmes en attente d’une grossesse.

Concentrez-vous sur ce qui est, et non pas sur ce qui devrait ou ne devrait pas être.

 

 

Publicités

13 réflexions au sujet de « L’hypnose en PMA : Gestion du stress et de l’angoisse (2) »

  1. Coucou,
    Je pense qu’effectivement le fait de se dire que l’un de ses parents est toxique et qui plus est sa mère, celle que l’on s’apprête à devenir nous qui nous projète dans notre futur rôle. Qui nous angoisse rien qu’en y pensant…
    J’ai fait le choix pour ma survie, vie de couper tout contacter et de faire la vie !!! J’ai mit du temps à accepter aussi que ce n’étais pas grave que je ne lui devais rien pas de culpabilité. Il paraît que c’est pour ça que bébé ne s’installait pas d’après une petite voyante que j’avais consulté…
    Elle a passé une semaine dans mon village qui est pourtant a 300 bornes de chez elle… j’ai vu ça comme une intrusion, mais je ne lui ai accordé que 3h et pas fait visiter ma maison. Je suis fière d’avoir réussi !
    Tout ça pour te dire que je n’ai nulle doute que tu réussiras à te détacher le juste milieu pour e sentir bien.
    Tu sais aussi que je suis certaine que ce baby se logera au creux de ton utérus ! J’en reste persuadé ma douce ❤️.
    D’énormes pensées affectueuses et de courages

    Aimé par 1 personne

    1. Tu sais, je suis allée voir l’hypnotiseuse parce que mon TEC approchait et que j’étais persuadée de faire un « blocage ». Elle m’a dit qu’ici non, c’était pas le cas. Ca arrive beaucoup plus à celles qui ont du mal à couper le cordon; N’ayant pas de relation très fusionnelle avec ma maman, je peux dire que le cordon a été coupé assez vite.
      Mais elle m’a donné pleins de conseils, que j’essaie d’appliquer au mieux. C’est dur, c’est un long travail, mais c’est pour notre bien.
      Des bisous ma Choco ❤

      Aimé par 1 personne

  2. Elle semble super bien ton hyptotiseuse. 👍
    Pour la relation toxique avec ta maman, ce n’est pas facile d’accepter cet état de faits. Je sais que j’ai le même probleme ou presque. Mais j’adore ma mère. Même si on sait les deux conciliables, une ambiguïté persiste.
    Plein de bonnes ondes pour ce tec, je croise fort fort les doigts pour vous.
    Des bisous 😘😘

    Aimé par 1 personne

  3. J’allais justement t’écrire pour prendre de tes nouvelles !
    Se projeter sur le positif après plusieurs échecs n’est vraiment pas chose facile, mais on a quelques exemples autour de nous qui montrent la voie.
    Plein de 💪💪💪💪 pour toi ! Bises !

    Aimé par 1 personne

  4. J’ai testé l’hypnose dans un autre contexte (comme anesthésie pour la ponction) et j’ai été bluffée. Je suis convaincue que l’hypnose peut vraiment aidé. Je te souhaite de tout coeur que tout se déroule bien. J’adore la petite phrase, je pense que je vais la recopier et l’accrocher dans mon bureau 🙂

    Aimé par 1 personne

Pour me laisser un petit mot ....

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.